La Maison Drago Paris

La famille Drago n’est pas issue de la haute aristocratie, mais de celle des artisans d’excellence qui tirent leur mérite du travail de leurs mains. Charles Drago, artisan du bâtiment au service de la ville de Nice sera honoré de la médaille d’honneur du travail. Son fils Joseph Séraphin Drago né aussi à Nice, en 1883, se passionne pour l’art de la gravure sur métaux. Il crée son atelier-entreprise de graveur éditeur dès 1912 à Nice avec une succursale à Paris, officiellement inscrite au registre du commerce en 1920.

Il se spécialise dans l’art de l’insigne militaire : des objets d’artisanat qui associent l’art de la gravure à celui de l’émail à chaud. Il réalise une infinie variété de signes d’appartenance arborés avec fierté par les régiments qui ont fait l’Histoire : tirailleurs sénégalais, bataillons du Génie, régiment des zouaves,…

Charles Emile, le fils de Joseph, né à Nice en mai 1908, reprend l’atelier familial en 1948. Entrepreneur intrépide et artisan intransigeant sur l’excellence du travail, il s’installe à Paris, au plus près des grands corps d’armée français, dont il continue à créer les insignes.

En 1964, une Exposition au Cercle National des Armées à Paris présente sa collection particulière : l’Histoire des grands faits et gestes de la France à travers l’insigne. On y remarque en particulier les emblèmes des FFI, celui du célèbre croiseur Duguay Troin.

Il élargit l’activité de ses ateliers aux honneurs du monde « civil » et en particulier à ceux de la compétition sportive, allant même jusqu’à créer la coupe DRAGO pour honorer le football… Sur son nouveau papier à en-tête estampé à ses armes représentant deux dragons séparés par une épée, on peut lire : Etablissements DRAGO – Coupes, trophées, objets d’art, médailles et insignes.

  • 15 jours pour
    échanger

  • Livraison
    sécurisée

  • Ecrin
    offert

  • Paiement
    sécurisé

  • Conseils
    d'expert